• lola03.fw.png
  • lola02.jpg
  • lola05.jpg
  • lola01.jpg
  • lola04.jpg

Bonnes Adresses


Un certain magasin, un certain produit, un certain endroit, tout ce qui est unique.  Nous valorisons le travail du petit producteur, de l’artiste et de l’artisan local, des amis qui se sont retrouvés pour faire quelque chose de différent: de tous ceux qui nous font adorer São Paulo.

Lola Arts

Photo: Lola Arts

Le nom Lola Arts vient d’un des surnoms de Lorena de Paula, mais avant de créer sa marque d’illustrations, Lola a parcouru différents chemins. Indépendant des parcours qu’elle a suivit, une chose est certaine: l’art a toujours fait partie de sa nature.

Depuis très petite Lola a toujours aimé dessiner, c’est lorsqu’elle était encore enfant qu’elle a peint son premier tableau, dans la ville où elle est née: Catalão, dans l’État de Goiás à l’Ouest du Brésil. Le tableau a été encadré et gardé pendant des années, jusqu’à ce que, dans les chemins de la vie, il a finit par se perdre quelque part. Elle avait tellement envie de dessiner, qu’à 11 ans elle a envoyé quelques illustrations à Maurício de Souza, un dessinateur de BD pour enfants, dans l’espoir d’être appelée pour intégrer l’équipe d’illustrateurs de Turma da Mônica (les BDs de l’auteur)! L’essai ne lui a pas valu le poste, mais elle a tout de même continué à dessiner. En 2006, elle a reçu son diplôme en Arts Plastiques, à l’Université Fédérale de Uberlândia et, pendant la fac, surtout deux matières l’ont inspirée : la photographie et l’aquarelle, qui, selon Lola, a été le coup de foudre.

À cette époque elle était déjà mère solo, et même avec le soutien du père et de sa famille, elle sentait la pression d’élever un enfant et le désir et les difficultés d’être indépendante en tant que mère et que femme. À ce moment de la vie, vivre d’aquarelles lui semblait une grande folie... elle a donc choisi la photo et elle est partie à São Paulo afin de se spécialiser dans ce domaine à l’Escola Panamericana de Artes. Ayant reçu son diplôme, elle est retournée à la petite ville de Catalão et y est devenue une des principales photographes de la ville. Pendant 10 ans elle s’est vouée à cet office, mais elle a continué l’aquarelle comme hobby. Au long de ces années de photographe, une nouvelle passion lui est apparue: le maquillage. Et voilà qu’elle est repartie se réinventer. Elle a pris beaucoup de cours et, en 2013, la ville de São Paulo tape à nouveau à sa porte : elle a été choisie pour participer à une télé réalité de maquilleurs de le chaîne GNT et elle est restée entre les trois finalistes! Après l’émission elle a continué à Sampa, elle a travaillé quelques années chez la boutique de maquillages O Boticário et aussi en tant que maquilleuse professionnelle. Et l’illustration continuait là, toujours présente malgré un peu en second rôle.

Jusqu’à ce qu’à la fin, elle s’est rendu compte que parcourir ce long chemin a été nécessaire pour qu’elle prenne des forces en tant que femme et qu’elle soit sûre que, malgré ce que plusieurs de ces amis et des gens de la famille lui disaient, il était, oui, possible de suivre une carrière d’artiste. À la fin de 2016 elle s’est lancée dans cette “grande folie” et elle à tout abandonné afin de vivre de ses aquarelles. Pendant six mois elle a produit d’innombrables illustrations, cela a été une époque de grande joie, d’inspiration et de réalisation professionnelle.

Aujourd’hui, il est déjà possible d’acheter les belles illustrations de Lola Arts sur le site ou dans d’innombrables petits marchés dédiés à la vente de travaux personnels. Ses peintures sont toutes en aquarelle – son grand amour, et il est possible d’acquérir la peinture originale ou encore des copies numérotées. Elle propose encore un autre très beau travail : des caricatures personnalisées, à partir de photos personnelles.

Ses dessins sont ultra féminins, ils transmettent des sentiments et des émotions vécues par elle et par la grande majorité des femmes. C’est pour cela que, malgré la délicatesse, ses aquarelles sont assez introspectives. Peindre à propos de l’univers féminin reflète encore le processus d’auto connaissance de Lorena et de sa libération des amarres machistes.

manacá a eu le plaisir de connaître le petit et très accueillant atelier de Lola, et de participer à un workshop d’aquarelles, une nouveauté pour l’année 2018. Cette même année Lorena va sortir deux livres: le fanzine “ A Falta” (Le Manque), écrit et illustré par elle, dont le thème central est le féminisme ; et un livre pour enfants, illustré par elle à propos de son État de naissance : “Em Goiás Tem” (À Goiás il y a).

Vous vous êtes sûrement rendu compte que Lola ne s’arrête jamais, elle est guidée par les défis! On se demande où ses choix pourront bien l’emporter… une chose qu’elle nous a déjà raconté : son mari et elle, rêvent d’habiter en France…

Lorena et ses illustrations | Photo: Lola Arts

Allez connaître!

Lola Arts

Boutique en ligne: www.lolaarts.com.br

Découvrez les nouveautés de Lola sur Instagram.

 

Contact: lorena_depaula@yahoo.com.br

Lulu e FruFru

Lapin Dodo Lulu e FruFru | Photo: Lulu e FruFru

En 1992 Lúcia Vils est venue à São Paulo e depuis elle a adopté cette ville pour la sienne. Cette carioca a fait des études à Rio, diplômée en Design Industriel tout comme design de bijoux et impression textile, ce avec quoi elle a travaillé pendant quelques années. En arrivant à São Paulo avec la famille elle a décidé de se consacrer entièrement à la maternité, et avec ce mouvement est venue l’envie de s’impliquer d’avantage dans les travaux manuels.

Lors de ses premières années à São Paulo, à part créer beaucoup de choses pour ses enfants elle a aussi commencé à en faire cadeau à ses amis, en leur offrant des choses comme des sets de table, des tabliers, des couvertures, entre plein d’autres choses. Avec l’aide de sa voisine Marcia – qui aujourd’hui n’est plus voisine, mais continue d’être une grande amie - , elle a commencé à développer des objets pour des petits cadeaux d’évènements et célébrations d’entreprises, comme des nécessaires, des sacs et des agendas. Marcia était la responsable d’aider dans la couture, pendant que tout le reste était fait par Lúcia.

Une grande partie de cette énorme appréciation pour le travail manuel vient des parents de Lúcia. Sa mère était institutrice et créait toujours, à la maison, beaucoup de travaux manuels pour après les apprendre aux élèves, et bien sûr à sa fille. Quant à son père, il était scénographe et professeur à l’école de Beaux Arts de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), et quelques uns de ses principaux projets dans les années 60 et 70 ont été des décorations de Noël de Rio, des décors de fêtes de carnaval et des concerts au légendaire Canecão. Lúcia adorait accompagner son père lors des montages de ses décors, et à la maison, elle adorait feuilleter ses magazines de déco.

C’est ainsi, qu’inspirée de toutes ces expériences, en 2013 Lúcia a créé la marque Lulu e Frufru, qui propose des objets pour enfants, la plupart voués à la déco. Être mère a été – et ça l’est toujours – quelque chose de très précieux pour Lúcia, et c’est pourquoi il lui a paru tout à fait naturel d’avoir une marque pour enfants qui puisse offrir du confort, de la douceur et de la beauté à la vie de beaucoup d’enfants. Tout chez Lulu e Frufru est fait par elle, du choix et achat des tissus – toujours anti-allergènes; en passant par le dessin et la coupe des patrons et toute la partie financière et commerciale. La couture est la seule étape pour laquelle elle compte avec l’aide de son amie Marcia.

Les produits de Lulu e Frufru ont tous le même esprit: ils sont délicats, avec une touche minimaliste et absolument charmants, ce qui nous fait penser immédiatement à une petite chambre toute douillette! C’est pourquoi ses produits peuvent facilement composer la chambre de n’importe quel enfant ou bébé, puis ce qu’ils n’ont aucune distinction de sexe ou de détail trop flagrant. Les produits qui ont le plus de succès sont la Guirlande Étoile, le Nuage Petite-Goutte et le Lapin Dodo, et le mieux c’est que vous pouvez même les avoir tous dans une même chambre : tout chez Lulu e Frufru est pensé de sorte qu’il existe une harmonie entre les différents produits, comme nous l’a dit Lúcia : “Ils sont crées comme si c’était une famille!”

Lúcia est une femme gentille et délicate, et elle arrive à transmettre parfaitement ces sentiments à sa marque, tout en offrant aux enfants de beaucoup de familles, un environnement léger, tranquille et confortable pour jouer, dormir et être enfant.

Actuellement les produits de la marque sont tous à motif uni, mais Lúcia compte bientôt reprendre son travail d’imprimerie sur tissu, afin de créer des dessins et des formes exclusives, et les derniers mois elle se consacre – et s’inspire – à créer spécialement pour son premier petit-fils. C’est-à-dire que bientôt, c’est sûr qu’il y aura de nouveaux produits tous mignons qui feront partie de la collection de Lulu e Frufru !

Produits Lulu e Frufru | Photo: Lulu e Frufru

Allez-y !

Lulu e Frufru

Rencontrez et achetez en ligne les produits de la marque, par Instagram ou sur Etsy, par où Lúcia réalise des ventes aussi à l’étranger, ou encore, rendez-vous directement au magasin collaboratif Espaço Achadinhos.

 

Contact : luciavils@gmail.com

 

Espaço Achadinhos

Lundi de 14h à 19h ; de mardi à vendredi de 10h à 19h ; et samedi de 11h à 17h.

 

Où?

Rue Mateus Grou, 576 – Pinheiros

Allez-y en métro: Station Fradique Coutinho, 10 minutes à pied.

 

Carolina Delleva

Cabeças Evocativas de Carolina Delleva | Photo: manacá

Il est difficile de décrire les Cabeças Evocativas de Carolina Delleva. Elles nous hypnotisent. Il est impossible de passer par elles et de ne pas se sentir attirés. Un mélange entre beauté et bizarrerie qui éveille notre curiosité : est-ce une œuvre d’art? Un vase? Une sculpture? Qu’est-ce que c’est!? Comme Carolina le dit : c’est ce que vous voulez ! Sa première tête a été sculptée à Barcelone, vers les années 2000 et quelques, lors d’un atelier de modelage à la faculté de céramique artistique auquel elle assistait: il fallait créer une poésie visuelle. Carolina garde encore aujourd’hui cette œuvre.

Mais son premier contact avec la céramique a eu lieu quelques années plus tôt, quand elle habitait à Londres, lors d’un cours de modelage au tour. Ce cours l’avait captivée, mais à l’époque ça lui a paru une folie d’investir dans cet art. Mais la petite puce est restée derrière son oreille. Et c’est cette puce qui l’a faite investir lors de cette folie en Espagne. Elle est restée au total 10 ans à Barcelone, avec un bref mais intense passage par le Maroc.

C’est la céramique qui l’a emmenée au Maroc, où elle a habité pendant trois mois, là elle travaillait avec des artisans d’un petit village. Là-bas tout était absolument manuel et les pièces en terre étaient cuites dans d’énormes fours. Cela a été une expérience absolument magique et une période de grande réflexion. Comme elle ne dominait pas la langue locale, elle passait des heures à travailler, observer et réfléchir. En rentrant chez elle son inspiration était à toute vapeur et c’est pourquoi au long de ces mois elle a beaucoup écrit: c’est là qu’elle a composé ses premières paroles de chanson. Elle a toujours eu des amis musiciens et elle faisait partie de ce milieu de l’art, mais après le Maroc elle s’y est lancée de corps et âme dans la musique. La céramique l’a poussée au Maroc et le Maroc l’a poussée dans la musique: elle a passé huit ans à vivre de musique, et la céramique est restée en second plan.

L’envie de sculpter est réapparue quand elle était enceinte de sa fille, en 2010, et encore une fois, les Cabeças Evocativas étaient là ! Deux ans plus tard, de retour au Brésil, elle a commencé à diffuser son travail, ce que jusque là elle ne faisait pas. Ses premières « têtes » ont été des cadeaux et puis sont arrivé les premières ventes, jusqu’à ce qu’en 2016 une architecte a passé une commande de son art pour composer une des pièces de Casa Cor (la plus grande exhibition d’architecture, décoration et paysagisme d’Amérique Latine, qui a lieu à São Paulo). Celui-ci a été un pas très important pour la diffusion de son travail, qui peut désormais être trouvé dans plusieurs magasins (comme dans le Nós Lunares, que nous avons déjà présenté dans nos Bonnes Adresses) et il continue d’être requis par des architectes, ses Cabeças Evocativas ont participé à nouveau de Casa Cor en 2017.

Les œuvres de Carolina sont uniques et merveilleusement imparfaites, elles existent dans de différentes tailles, couleurs et matières, il y a des objets incroyables avec des plantes et d’autres touts petits en forme de pendentif. En dehors des magasins, vous pourrez aussi connaître les œuvres de Carolina dans son atelier, lieu où elle propose quelques fois des ateliers de céramique. Bientôt vous pourrez aussi voir son travail au Condomínio Cultural, un centre culturel situé dans le quartier de Pompéia : une énorme tête en béton va y atterrir.

La musique, qui est restée un peu de côté, commence à réapparaître et à partager l’espace avec la céramique : le premier CD du groupe Banda Delleva vient de sortir !

Carolina dans son atelier | Photo: Carolina Delleva

Allez connaître !

Carolina Delleva

Magasins où les Cabeças Evocativas  sont à la vente : Nós Lunares et Ocuparte; boutique en ligne ici.


Oú?

Nós Lunares - Galeria Ouro Fino

De lundi au samedi de 11h à 19h.


Rue Augusta 2690 – Cerqueira César

Station de métro Consolação – 12 minutes à peid

Ocuparte

De mardi à jeudi de 11h à 19h, vendredi et samedi de 11h à 21h.


Rue Tupi 163 - Santa Cecilia

Station de métro Marechal Deodoro - 10 minutes à pied

SER – Sustentáveis Escolhas Reais

Raquel Rangel dans son atelier | Photo: SER

Nos armoires témoignent des choix que nous faisons au moment de composer un look. Le style de chcun peut être classique, moderne, plutôt cool, ou tant d’autres. Mais en dehors du style, un autre choix est important et c’est l’origine de nos vêtements. Raquel Rangel, depuis petite a choisit les friperies comme source d’inspiration pour ses achats. S’aventurer à découvrir les friperies est bien quelque chose qu’elle a toujours fait, puis ce que sa tante en a une il y a longtemps dans la ville de Guaratingueta, où elle adore, encore aujourd’hui, passer des heures. Après des années à repérer des habits pour elle-même, Raquel a décidé d’en repérer pour les autres aussi, et voilà comment au début de 2017, elle a créé la marque SER - Sustentáveis Escolhas Reais. La marque SER ne vend que des vêtements choisis par elle, avec beaucoup d’attention, dans des friperies de tout le Brésil et même du monde : tous les voyages qu’elle fait comptent avec de bonnes friperies sur le chemin et elle leur réserve un bon espace dans ses valises aussi!

La marque ne vend que des vêtements pour femmes, surtout (mais pas seulement) de style vintage, tout comme des sacs, des foulards et des chaussures, entre autres choses. L’objectif de SER n’est pas de vendre des vêtements de marque de luxe, mais des vêtements de bonne qualité et à un prix accessible. Ce que Raquel cherche avec SER c’est de stimuler la circulation des habits, et de montrer qu’il est possible d’avoir une armoire très chouette sans dépenser des fortunes pour cela et sans devoir consommer cette mode fast-fashion qui propose souvent des habits de qualité redoutable et issus d’une chaine de travail encore plus redoutable. C’est pour cette raison qu’au moment du choix des vêtements, Raquel prends en compte tous les détails des habits, comme le tissu, la finition, les boutons et la fermeture-éclair, les coutures et, bien-sûr, le prix. Elle n’achète et revend que des vêtements en excellent état, quand elle trouve quelque chose qui vaut la peine mais aurait besoin de quelques retouches, comme changer les boutons ou refaire une couture par exemple, elle ajuste le tout avant de mettre à la vente chez SER.

Tout ce travail est fait par elle dans un atelier, où elle répare, garde et organise les habits. C’est pourquoi il n’y a pas d’adresse fixe, comme Raquel aime dire, SER est une friperie itinérante. Vous pourrez découvrir les nouveautés de SER de trois manières: dans des marchés qui ont lieu à São Paulo et dans des villes proches de la capitale; par Instagram, plateforme sur laquelle Raquel vend vers tout le Brésil; ou encore chez vous, en demandant le SER dans la valise : Raquel envoies par email un questionnaire simple en demandant vos préférences (style, couleurs, taille, etc.) et elle prépare un valise rien que pour vous, et rien qu’avec ce qui vous plaira, cette valise reste une semaine chez vous pour que vous puissiez tout essayer calmement. Vous ne trouvez pas ça formidable ?

Si vous allez connaître SER personnellement lors d’un marché d’artisans et petits producteurs, vous vous rendrez compte que la structure du présentoir où elle expose les vêtements est adorable: en tant que bonne architecte, c’est elle-même qui l’a construit, à l’aide de son père, à partir de matériaux réutilisés comme des ferrailles, du bois de démolition et des objets anciens. De cette manière elle maintient la nature de SER dans tous les aspects de la marque.

Pour Raquel cela a toujours été très naturel de réutiliser, réparer et ajuster ses vêtements au lieu d’en acheter des nouveaux, sa mère, tout comme sa tante, avait l’habitude de créer ou de recréer des looks à la machine à coudre. Voilà pourquoi elle est vite tombée amoureuse du monde de la mode, mais elle a toujours été distante des tendances de mode. Et c’est cette mode démocratique, libre et pleine de style qu’elle présente chez SER.

SER - Sustentáveis Escolhas Reais | Photo: SER

Allez connaître!

Découvrez ici les vêtements de la marque


Contact: sustentaveis.ser@gmail.com

Nós Lunares

Boutique Nós Lunares | Photo: Nós Lunares

Nós Lunares est une belle boutique. Mais une boutique de quoi? Alors lá, question dure à répondre. Ce n’est pas une boutique de déco, ce n’est pas une galerie d’art, c’est entre les deux, un point d’intersection. Comme son nom l’indique d’ailleurs, puis ce que “nós lunares” signifie "nœuds lunaires”, qui sont des points d’intersection entre l’orbite de la Lune et celle de la Terre.

Située dans la traditionnelle Galeria Ouro Fino, un espace qui a toujours été une référence en mode, ce n’est pas par hasard que Luciana Tolentino, qui est la responsable de cette boutique incroyable, est justement venue de ce monde là: elle a eu dans cette même galerie, pendant 11 ans, un magasin a elle, d’abord où elle vendait des lingeries et puis de la mode pour jeunes. Mais après tant d’années, la routine de dessiner et créer ses propres collections son devenues ennuyantes. Il lui manquait un défi. Luciana a fait ses études en arts plastiques et a toujours été en contact avec plusieurs champs artistiques et comptait donc avec un réseau sympa d’amis artistes. L’idée de se remettre en contact avec l’art et de pouvoir montrer ces projets c’est ce qui l’a motivée à abandonner la mode et se lancer dans cet univers artistique un peu indéfini. C’est ainsi, qu’en juillet 2016 nós Lunares a ouvert ses portes.

Tout ce qui y est exposé est à la vente et a été soigneusement choisi par Luciana. Se sont des œuvres et pièces de création personnelle, c’est-à-dire, développés et créées par des artistes, dans leur majorité indépendants. En deux minutes de conversation avec Luciana, qui est charmante (il faut bien le dire!) et nous nous sommes déjà rendus compte l’attachement qu’elle porte à chacune des pièces, elle peut vous donner tous les détails de tout ce qui se trouve dans la boutique! Elle découvre petit à petit de nouveaux artistes grâce à des amis, des recherches et des marchés et cours d’art auxquels elle participe. C’est aussi pour ça que la plupart des artistes sont des alentours de São Paulo, car elle fait la connaissance de chacun.

Plusieurs artistes ont des œuvres depuis l’inauguration de la boutique présentées, comme Aline Aiba avec ses céramiques très mignonnes (c’est Aline du Mirai Atelier, que nous avons déjà présenté dans les Services Sympas), Mädchen Vivi et ses photos ultra féminines et Brunna Mancuso et ses belles illustrations très délicates. Juste pour vous montrer un peu de la grande diversité et beauté de tout ce que Luciana choisi.

Ceux qui montent la rampe de la Galeria Ouro Fino se sentent immédiatement attirés par Nós Lunares , probablement parce que la boutique fui un peu du stéréotype des magasin de mode de la galerie, et sûrement aussi grâce à la délicate vitrine, et peut être même à cause d’une certaine connexion des astres !

Tasses Anna Charlie | Photo: Nós Lunares

Allez-y!

Nós Lunares

Galeria Ouro Fino - du lundi au samedi de 11h à 19h.


Contacts: (11) 3088-6396noslunares@gmail.com


Oú?

Rua Augusta 2690 – Cerqueira César

Station de métro Consolação – 12 minutes à peid


ió ibi

Savonnettes ió ibi | Photo: ió ibi

Si vous êtes une de ces personnes qui font attention aux produits que vous utilisez au quotidien, vous allez adorer cette recommandation. ió ibi est une marque de cosmétiques et produits d’hygiène naturels, créé par le couple Cassyana Frizon et Vitor Catto. Tous les deux sont du sud du pays, du Paraná, lui de la ville de Maringá, ville où ils se sont connus en faisant leurs études en architecture, et elle de la ville de Foz do Iguaçu. Mais l’idée de créer une marque de cosmétiques naturels leur est venue en 2016, quand ils habitaient déjà à São Paulo et faisaient leurs maîtrises.

Cassy fait ses propres produits depuis des années, car elle a toujours été allergique aux cosmétiques conventionnels. Sa source d’inspiration vient de sa grand-mère, Dona Delmina, qui est née dans une petite ville en province de Rio Grande do Sul, et qui s’y connait en matière des plantes et de leurs propriétés. Elle a appris toutes ses connaissances et toute sa passion pour la nature à sa petite-fille, et petit à petit Cassy s’est mise à produire quelques choses à ses amis et aux gens de la famille. Son intérêt pour cet univers a grandit au fur et à mesure, et Vitor lui aussi était de plus en plus impliqué dans le don de sa copine, et tous les deux ont décidé d’investir dans cette idée. Pendant que Cassyana est complètement impliquée dans la production, Vitor c’est celui qui s’occupe du reste : emballages, achat des ingrédients, logistique des livraisons et la communication. Tous les deux continuent d’exercer leur métier d’architectes, mais à chaque jour qui passe leur marque ió ibi prend de plus en plus de place dans leur vie. Cassy se met fréquemment à jour lors de cours et ateliers à propos des plantes et la médecine naturelle, et même en médecine et pharmacologie indigène, et bien sûr, elle retourne souvent chez elle pour papoter avec sa mamie.

Tous les produits sont libres de composants chimiques allergènes et agressifs pour le corps, et ils sont créés à partir d’huiles essentielles, de thés, fruits et matières premières naturelles du Brésil.

La brésiliennetée des produits est présente à partir du nom de la marque : ió Ibi, qui est un mot en tupi-guarani qui signifie “originaire de la terre”. Encore une préoccupation du couple est la production de déchets, c’est pour ça que tous les produits sont livrés dans des emballages en verre ou en carton recyclable, et vous recevez même des petites graines que vous pourrez faire pousser chez vous. De l’attention dans tous les détails!

Le principal produit de Ió Ibi est le déodorant Ímasaó – encore un mot d’origine tupi-guarani, qui signifie “sans mauvaise odeur”-, mais la gamme de produits est vaste, avec d’innombrables savonnettes, des produits pour les cheveux et même des produits pour bébés.

Quand nous avons connu le couple, nous avons vite vu que ió Ibi est vraiment comme eux : une marque sympathique, décompliquée, qui priorise le bien-être et la nature, et qui apprécie les petits détails afin de nous captiver. L’achat peut être fait sur le site ou directement avec eux, il suffit d’entrer en contact et d’organiser pour la livraison, une bonne occasion de connaître ce couple super engagé !

Déodorant Ímasaó | Photo: ió ibi

Allez-y!

ió ibi

Boutique en ligne: www.ioibi.com.br


Contact: contato@ioibi.com.br​​​​​​​

Acolá

Collection Rothko | Photo: Vivi Gondek

Cette charmante boutique appartient aux cousines Laís Abbate et Beatriz Tavares. La première a fait des études de mode à Paris, et c’est la responsable des dessins et modelages des collections d’Acolá, et Bia s’occupe de la gestion du magasin. Tout le reste est fait à quatre mains.

L’idée est née à l’époque où toutes les deux étudiaient à Paris, c’était un rêve qui leur semblait loin de la réalité. Mais, un an après être rentrées au Brésil, en 2012, elles ont décidé que c’était l’heure de transformer ce rêve en réalité. La même année elles ont ouvert les portes d’Acolá.

Une des grandes différences de la marque est les tissus et motifs, et ce n’est pas par hasard. Pendant son séjour en France, Laís a travaillé chez Malhia Kent, une des grandes références internationales dans le domaine des tissus. Les tissus d’Acolá sont soigneusement choisis par les deux, qui priorisent les marques brésiliennes de haute qualité, et les motifs sont conçus par elles: les motifs d'origine numérique sont directement imprimés sur le tissu par le tissage et le processus de teinture et imprimerie manuelle est réalisé par l’Atelier Customize. Quant à la production des vêtements, elle est faite par un groupe de couturières du quartier Cidade Ademar, dans le sud de la ville de São Paulo, et est accompagnée de près par les cousines.

La marque travaille dans le concept de collections capsules, c’est-à-dire, des petites collections au long de l’année, qui ne suivent pas les tendances ou le calendrier officiel de la mode. C’est pour cela que leurs vêtements sont atemporels: pour des femmes en quête de pièces uniques, avec beaucoup de style, légèreté et confort. Toutes les collections d’Acolá sont inspirées dans des artistes plastiques, et quelques unes comptent avec la participation directe d’artistes, qui sont invités à créer des motifs exclusifs.  L’art et le bien-être sont le principe d’Acolá et, dès que vous entrez dans la boutique, cela est bien visible par le style  et concept d’architecture créé par le bureau vão.

Récemment la marque a lancé le Projet Reverte, qui encourage la réutilisation de matériaux associés à l’appui d’un projet social. La ONG Reviva et l'Institut Fazendo História sont les premiers à y participer. Elles s’y bénéficie en recevant les donations d’argent récolté avec la réutilisation de sac en tissu du magasin, au moment de l’achat; de l’achat d’élastiques pour cheveux créés avec des bouts de tissus; et du retour de tags (étiquettes) d’habits, par les clients, qui pourront ainsi être réutilisés sur d’autres vêtements de la boutique.

Un espace confortable, conçu avec beaucoup d’amour et d’attention par Bia et Laís, des amoureuses d’art et rayonnantes d’attention. C’est impossible de ne pas céder au charme d’Acolá!

Boutique Acolá | Photo: Pedro Kok

Allez-y!

Acolá

Du lundi au vendredi de 10h às 20h, samedi de 10h às 18h.


Contacts:

(11) 3895 5533 | contato@acolaconceito.com.br


Comment s'y rendre?

Station de métro Faria Lima - 12 minutes à pied


Rue Padre Carvalho, 52  Pinheiros

timirim

Robe "Paisagem" | Photo: timirim

Les françaises Ninon et Julie ont reçu récemment deux énormes cadeaux du Brésil: la naissance d’une grande amitié et de la marque timirim.

Julie est arrivée à São Paulo en 2014 et Ninon un an plus tard et c’est en 2016 qu’elles se sont connues. Chacune menait alors une carrière au Brésil, mais un sujet en commun a attiré leurs attentions: les difficultés pour trouver au Brésil des vêtements 100% coton bio pour les bébés, avec un design moderne et pratique et sans distinction de genre. C’est ainsi qu’un mois après s’être connues, en mars 2016, elles ont créé timirim! Depuis cela, elles travaillent intensément dans le développement de la marque, qui a été officiellement inaugurée en septembre 2017.

En dehors d’assumer toutes les qualités déjà citées, la marque timirim a une grande préoccupation avec sa chaine de production. Il était indispensable pour les deux amies que le produit soit brésilien et produit de façon éthique et durable. Cette préoccupation n’est pas au hasard, Ninon a été longtemps en contact direct avec le réseau mondial MakeSense, qui stimule l’esprit entrepreneur appuyé sur des valeurs socio-environnementales. Les deux ont voyagé tout le Brésil à la recherche d’un fournisseur de coton bio, mais malheureusement, à cause de la sècheresse au Nordeste du pays, elles n’ont pas trouvé un partenaire qui pourrait répondre à tous leurs besoins qu’au Pérou. C’est ainsi qu’en dehors du fournisseur de la matière première, tout le reste est réalisé en terres brésiliennes: de la préparation du tissu, les motifs, les finitions, la confection aux emballages. Et elles accompagnent tout le processus de près. Elles font des visites au fournisseur péruvien et elles sont toujours en contact avec la petite confection de vêtements qui a été embauchée à São Paulo. Sur le site de la marque vous pourrez connaître toute la chaine de production de timirim,  ça vaut le coup d’y jeter un coup d’œil !

Et pour apporter une touche plus brésilienne aux vêtements, elles ont invité l’artiste de Pernambuco José Francisco Borges, plus connu comme J. Borges, à crée des motifs INCROYABLES pour la première collection de la marque. Elles sont allées personnellement présenter leur proposition dans l’atelier de l’artiste, dans la ville de Bezerros (dans l’état de Pernambuco), et il a très vite dit oui!

Ninon et Julie rendent aussi hommage à leurs origines et au pays qu’elles ont choisir pour vivre, dans le nom de la marque: ti – diminutif de “petit”, un terme très utilisé à Lyon; et mirim – qui signifie petit aussi en tupi-guarani.

Nos petits remercient!

Ninon et Julie | Photo: timirim

Allez-y!

timirim

Boutique en ligne: www.timirim.com.br


Contact: info@timirim.com

Flores para os Refugiados

Gabriela au "cimitière de gilet de sauvetage", à Lesbos, Grèce | Photo: Flores para os Refugiados

La vie de Gabriela Shapazian s’est transformée quand elle avait 15 ans, en 2015. Cette année-là, avec sa mère Kety, une journaliste engagée dans les conflits et guerres, elles sont allées passer des vacances en Scandinavie, et c’est là qu’elles ont vu les premières images de réfugiés de Syrie qui arrivaient sur l’île grecque de Lesbos. Les images étaient fortes et elles ont changé à jamais Gabi et sa famille. La même année, mère et fille sont parties travailler comme volontaires dans les champs de réfugiés de Lesbos et Samos, en Grèce. Pendant 45 jours elles ont reçu des réfugiés syriens qui arrivaient dans des situations d’extrême vulnérabilité, carences et pleins de crainte. Après cette expérience Gabi n’a plus jamais été la même et pour elle, rester au Brésil ne faisait plus aucun sens, elle devait y retourner. C’est alors que sa mère a eu l’idée de lever de l’argent en vendant des fleurs, pour que Gabi puisse continuer en Grèce son travail volontaire. C’est ainsi qu’est né en 2016 le projet Flores para os Refugiados (Des fleurs aux Réfugiés).

Au début les fleurs étaient vendues aux feux rouges, aujourd’hui le projet compte avec un point de vente fixe, à la Casa Orgânica et Kety et complètement vouée au Flores para os Refugiados: la moitié des gains sert à la maintenir, et l’autre moitié pour que Gabi puisse vivre en Grèce et réaliser son travail bénévole. Tout est sous le commandement de Kety, de l’achat à la vente des fleurs, le tout avec l’aide de sa mère et de sa sœur. Vous y trouverez des bouquets à partir de R$10,00, dans de très belles bouteilles en verre recyclé ou pas, et il existe aussi l’option d’acheter des fleurs au poids. Kety accepte des  commandes, qui peuvent être faites par whatsapp, et il est aussi possible de contribuer avec la livraison hebdomadaire: les donations deviennent des bouquets de fleurs qui sont distribuées dans le quartier par Kety tous les jeudis, toujours à des femmes, puis ce que l’âme de ce projet est féminine. La rente de Gabi est aussi composée par des conférences qu’elle réalise quand elle est au Brésil.

Depuis 2015 Gabi est déjà venue plusieurs fois au Brésil, et en ce moment elle travaille dans trois types de travail à Lesbos, toujours dans le bénévolat: l’aide dans l’organisation des donations du Attika Warehouse; elle donne du soutien au réfugiés en situation d’urgence; et elle travaille dans le centre culturel Mosaik, où il y a un peu de tout, de cours et ateliers, en passant par des assistance juridiques, toujours gratuit.

Si vous voulez connaître de plus près ce beau projet, passez à la Casa Orgânica pour parler avec Kety, en la connaissant vous comprendrez rapidement d’où vient l’énergie de Gabi. Si vous y passez un jeudi vous pourrez, en plus, participer avec elle de la distribution de fleurs, c’est ce que nous avons fait. Un moment très émouvant et qui renforce l’âme de ce projet: promouvoir l’amour et la solidarité entre les gens.

Vente de fleurs pour aider à financer le projet | Photo: Flores para os Refugiados

Allez-y!

Flores para os Refugiados

Casa Orgânica: du lundi au vendredi de 11h à 19h; samedi de 9h à 17h


Contact:

Whatsapp (11) 98255-6688


Comment s'y rendre?

Station de métro Vila Madalena ou Fradique Coutinho - 20 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il y a des places réservées aux visiteurs.


Rua Fidalga 346 – Pinheiros

MUNDO PANO

Collection Terre | Photo: MUNDO PANO

Vous savez ses peluches que l’on regarde et l’on a envie de serrer dans ses bras? Les peluches de MUNDO PANO (Monde Tissu) nous font cet effet: coup de foudre immédiat ! La marque appartient à  Estela Lourenço et a été créée timidement fin 2016 lors d’un marché au Jardim Secreto. Le succès a été si grand qu’elle a dû revoir toute sa structure de travail en 2017 pour être à la hauteur de la demande. La production continue complètement artisanale, mais avant, tout était fait par elle, maintenant elle est la responsable de la partie créative et compte avec trois couturières pour la production des peluches.

Mais l’idée de la marque  a commencé à germer il y a quelques années, à l’époque où Estela était enceinte et elle s’est reconnectée aux souvenirs de son enfance. Elle a donc commencé à gribouiller des idées d’animaux pour son fils Léon, et pour la déco de la chambre. Diplômée en mode et attirée principalement par l’univers de la création, cela a été facile pour elle de donner vie à ces animaux qu’elle avait pensé, dessiné et cousu toute seule. Le résultat a été si positif que tous les amis ont rapidement commencé à passer des commandes.

Aux collections thématiques, la grande différence des produits de MUNDO PANO est la simplicité qui leur donne un incroyable air mignon et qui attire, pas seulement les enfants, mais aussi les adultes. Elles sont pensées par Estela de façon à être adorés par tous les âges et genres, et pour cela, en plus d’être amusantes et délicieuses à enlacer – elles sont faites en maille et rembourrées de fibre, le tout antiallergique – elles sont aussi très recherchés pour la déco de chambres et magasins.

Quand vous connaitrez les animaux de MUNDO PANO vous allez vous rendre compte qu’Estela leur donne la vie. C’est parce que le processus de création de chacune des peluches prend en compte l’aspect visuel, mais aussi une intense recherche de l’univers et du langage des enfants, puis ce que chaque bête a une histoire et un message à transmettre. Comme Charlotte le rhinocéros, une petite fille décidée et courageuse qui rêve d’avoir un groupe de rock, ou bien Léo le lion, créatif et aventurier, qui adore raconter des histoires à ses amis.

Estela a atterrit à São Paulo depuis la ville de Bauru, en 2003 afin d’étudier la mode, une femme pleine de rêves, décidée et qui s’est réinventée après la maternité. Qui sait si un jour elle ne créera pas un animal tout mignon avec son histoire. On l’espère bien!

Leo le lyon | Photo: MUNDO PANO

Allez-y!

MUNDO PANO

Boutique en ligne: www.mundopano.com.br


Contact: contato@mundopano.com.br

CECY Arte em Madeira

Mini-cuisine et étagère Cecy | Photo: Cecy Arte em Madeira

CECY Arte em Madeira ( Cecy Art sur Bois) est une boutique en ligne de meubles pour enfants d’inspiration montessorienne, et c’est pour cela que tous les produits considèrent l’ergonomie de l’enfant et son autonomie et développement physique. La ligne de produits passe de meubles d’usage quotidien, comme des lits, des tables, des étagères et chaises, jusqu’à des jouets incroyables, comme la mini-cuisine et la mini-buanderie. Ça donne bien envie d’être enfant à nouveau, rien que pour jouer avec tout ça! En dehors du fait d’être super beaux, il y a aussi beaucoup d’histoire derrière les meubles de CECY.

Après une longue période à Paris, Juliana Testa est rentrée à São Paulo début 2016 avec sa fille Maria Cecília. Juliana est thérapeute Occupationnelle et Art-Thérapeute de formation, quand elle habitait en France elle a acquis une expérience très solide en pédagogie Montessori. De retour au Brésil, elle a décidé d’unir ses connaissances à celles de son père, M. Norberto Tadeu, qui après avoir pris sa retraite a commencé à se dédier exclusivement à son hobby : la menuiserie. De cette union est née CECY, dont le nom rend hommage à la mère de monsieur Norberto, mais aussi à sa petite fille.

Tous les produits du magasin sont crées de façon complètement artisanale par lui – un par un - et suivent les projets développés par sa fille. Mais la cerise du gâteau de CECY reste la petite Maria Cecília; c’est elle la responsable du contrôle de “qualité” de tous les meubles que sont grand-père crée, rien n’est mis à la vente avant son dernier mot ! La devise de Juliana est “Si ce n’est pas bien pour ma fille ce n’est bien pour personne”. À part l’ergonomie, une autre préoccupation de la marque est le choix des matières premières. Les meubles utilisent seulement des bois nobles de reforestation et les finissions sont faites avec des produits atoxiques.

Toute la ligne de CECY peut être achetée sur le site, mais si vous êtes à la recherche d’un meuble exclusif qui suive la proposition de la marque, ou encore pour un enfant avec des besoins spéciaux, père et fille peuvent développer un projet personnel pour vous. Une des grandes différences des meuble est aussi la facilitée du montage, c’est pour ça que vous pourrez choisir, à l’acte de l’achat, entre les possibilités de recevoir vos meubles montés ou pas. Cela aide beaucoup au moment de garder un meuble à l’attente d’un prochain enfant qui puisse profiter de lui ou encore lors des déménagements, puis ce que les meubles CECY sont faits pour durer longtemps.

Des produits créés par une famille avec beaucoup d’amour pour pleins d’autres familles, des jouets qui inspirent le côté enfant des enfants, des meubles qui stimulent l’apprentissage. Voici CECY, une marque qui pense tout d’abord à la joie de vivre et au bien-être de ses petits consommateurs.

Mini-buanderie CECY | Photo: CECY Arte em Madeira

Allez-y!

CECY Arte em Madeira

Boutique en ligne ici


Contacts:

Whatsapp (11) 943743013 | cecyartemadeira@gmail.com

Bitaca Madalena

Magasin Bitaca Madalena | Photo: Bitaca Madalena

De l’union entre deux amis de Minas Gerais il ne pourrait naître qu’un trem bão, c’est-à-dire, quelque chose de bon dans l’expression propre de Minas. João Paulo et Marcelo, tous les deux de Belo Horizonte, se sont connus à São Paulo et la saudade (la nostalgie brésilienne) de leur terre les a rapprochés. De cette rencontre, surgit l’envie de crée un espace qui les transporterait à la chaleur de chez eux dans les fermes de Minas. C’est ainsi qu’est née la Bitaca Madalena.

Bitaca est un terme utilisé à Minas pour parler d’un petit commerce de province ou de bord de route, où l’on trouve un peu de tout ce qui est local. Et c’est exactement l’idée de ce magasin situé en plein cœur de Vila Madalena. Avec un petit air d’épicerie locale, le petit espace est chaleureux, et, bien sûr, ils ne vendent que des produits de Minas Gerais. Vous y trouverez les classiques fromages de minas, de la goiabada (une délicieuse pâte sucrée faite de goyave), du doce de leite  (une onctueuse crème au lait sucrée) et de la cachaça (l’alcool brésilien fait de canne à sucre), jusqu’à des produits moins traditionnels comme de la bière, des vins, des glaces, des pâtes et des saucisses artisanales.

Mais le principal produit du magasin restent les fromages de minas. Les deux amis sont passionnés de fromage et s’y connaissent, et pour cela ils organisent dans leur espace des dégustations de fromages, souvent harmonisés avec bière, vin, ou d’autres produits du magasin. L’intention est de montrer la diversité et la qualité des fromages et les incomptables possibilités de les savourer, soit avec une bonne goiabada ou avec une bonne bière de la région. Là bas vous trouverez le fameux fromage da Canastra, mais aussi celui du Serro, de Aracha, de la Mantiqueira, parmi beaucoup d’autres. Et tous les jours il y a un fromage différent à goûter pendant que vous prenez un bon café filtré sur le moment.

On a vraiment envie d’y rester pas mal de temps, principalement si vous avez la chance d’y arriver juste quand le pão de queijo (un délicieux petit pain au fromage) sort tout chaud du four! Et le mieux c’est qu’ils les vendent aussi surgelés, pour que vous ayez ce plaisir dans le confort de chez vous! Voulez-vous une meilleure raison pour y passer ?

Fromage de Minas Gerais | Photo Bitaca Madalena

Allez-y!

Bitaca Madalena

Du lundi au samedi de 10h a 20h.


Contacts:

(11) 2594 1852 | joao@bitacamadalena.com.br


Comment s'y rendre?

Station de métro Vila Madalena - 15 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il n'y a pas de stationnement réservé aux visiteurs.


Rue Harmonia, 458 - Vila Madalena

Ana Joos

Bijoux Ana Joos | Photo: Ana Joos

Diplômée en mode elle compte plus de 15 ans d’expérience dans ce secteur, en 2013 Ana a décidé que c’était l’heure de changer. Fatiguée du modèle de travail corporatif, elle a commencé une recherche en quête de nouvelles manières de faire face à sa vie professionnelle et personnelle. C’est à ce moment qu’elle est tombée sur un livre qui l’a transformée pour toujours: World of Earrings d’Anne Van Cutsen, à propos de bijoux ethniques d’Amérique, Asie et Afrique. Le livre l’a captivée et lui a fait retrouver une vielle passion: le travail manuel.

Elle a abandonné son travail, elle a prit des cours de bijouterie artisanale avec sa mère, et les deux ont crée un atelier. Au début elle produisait ses bijoux pour elle même, puis pour des amies, puis pour les amies des amies… et sans se rendre compte la marque Ana Joos (on prononce “ios”) était déjà née!  Tous les bijoux sont faits à la main, sur un banc d’orfèvre, avec chalumeau, marteau, pince, scie… C’est la raison pour laquelle ils sont tous très créatifs et quasiment uniques! Des boucles d’oreille, des bagues, des colliers et des bracelets en style minimalistes, contemporains et classiques, faits en argent laiton, baignés d’or, de rhodium et de rhodium. La marque imprime en plus sur ses pièces l’essence d’Ana: une femme féminine, délicate et pleine de personnalité.  

Depuis 2013 la marque s’est renforcée et maintenant tous les ans Ana Joos sort une collection différente, tout en recevant encore des demandes sur mesure, principalement (mais pas seulement) des anneaux de mariage.

Aujourd’hui mère et fille, ont chacune son atelier, une quête qui les a uni, leur a donnée de la force et leur a permis à chacune de découvrir son propre chemin.

Atelier Ana Joos | Photo: Ana Joos

Allez-y!

Ana Joos

Les bijoux peuvent être commandés sur ligne ou par courriel.

Vous les trouverez aussi à la boutique Luz da Villa.


Contacts:

boutique en ligne | facebook | Instagraminfo@anajoos.com.br


Comment s'y rendre?

Luz da Villa

Station de métro Ana Rosa - 15 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il y a de stationnement réservé aux visiteurs. 


Rue Áurea 422 - Vila Mariana

Georgia Halal

Collection Essentiels | Photo: Georgia Halal

À la façade pleine de collages en noir et blanc, c’est facile de trouver la boutique Georgia Halal au plein milieu de la mouvementée Rue dos Pinheiros. Gaúcha, c'est-à-dire, d’origine du sud du Brésil, elle est diplômée en Arts Plastiques, Georgia est tombée amoureuse de l’art de la couture avec sa grand-mère, avec qui elle passait ses vacances à faire du tricot et de qui elle à hérité la machine à coudre qu’elle utilise jusqu’à aujourd’hui.

Mais c’est seulement en 2004, quand elle est venue habiter à São Paulo, que l’idée de transformer cette passion en profession lui est venue à l’esprit. Quelques années plus tard, en 2009, elle à ouvert sa boutique et c’est là où Georgia crée et produit – quasiment toute seule – ses collections pour femmes et ses robes de mariée sur mesure. Elle travaille avec le concept de collections capsules, petites collections au long de l’année qui ne suivent pas le calendaire de la mode, mais plutôt son processus créatif, tout en maintenant beaucoup de couture  – une des marques de la boutique. Là vous ne trouverez pas ce qui est à la mode, mais plutôt une mode versatile, confortable, élégante et décontractée – atemporelle. Et ce n’est pas par hasard : la consommation consciente est un thème qu’elle recherche de plus en plus.

A part le prêt-à-porter, attentive au nombre grandissant d’étrangers dans le quartier de Pinheiros, elle reçoit de plus en plus d’étrangères (en anglais et français) en quête de vêtements sur mesure, avec des modelages qu’elles ne trouvent pas dans les magasins brésiliens.

Le magasin accueille aussi d’autres marques très sympas, se sont des accessoires, des souliers, des sacs... beaucoup de petites choses qui varient au long de l’année, et voilà pourquoi on a toujours envie d’aller voir les nouveautés !

Mais l’espace est encore beaucoup plus qu’une boutique. Vous y trouverez aussi le projet #GLAB, qui propose plusieurs cours et ateliers, comme la couture et broderie, plusieurs d’entre eux en partenariat avec d’autres femmes entrepreneuses, et des rencontres qui abordent des thèmes de l’univers des femmes.

Et Georgia ne s’arrête pas: son prochain projet c’est d’ouvrir une boutique sur ligne jusqu’à la fin de 2017. Tant que le e-commerce n’est pas encore prêt, toute la diffusion de la boutique et du #GLAB est faite sur facebook et instagram, alors ne perdez pas de vue!

Collection Essentiels | Photo: Georgia Halal

Allez-y!

Georgia Halal

Du lundi au vendredi de 12h a 20h, et samedi de 12h a 18h.

facebook | Instagram


Contacts:

(11) 3063-1141 | contato@georgiahalal.com.br



Comment s'y rendre?

Station de métro Fradique Coutinho - 5 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il n'y a pas de stationnement réservé aux visiteurs. 


Rue dos Pinheiros, 339 - Pinheiros

Ateliê Pitanga  - Flores e Afetos

Carol Ikeda | Photo: Ateliê Pitanga

Avec un concept tout innovateur, l’Ateliê Pitanga – Flores e Afetos est un petit et charmant fleuriste. Carol Ikeda est celle qui commande tout là-bas: de l’achat des fleurs, jusqu’à la création et la livraison des bouquets. Dans sa famille d’origine japonaise, les fleurs ont toujours été présentes, et c’est ainsi, presque de façon naturelle, qu’est né sa passion pour les fleurs et les bouquets. Elle a prit d’innombrables cours dans ce domaine, mais son envie d’avoir une boutique de fleurs a surgit il y a que quelques temps.

Diplômée en tourisme, Carol a exercé plusieurs années dans ce domaine, et à chaque année qui passait, à chaque augmentation de salaire et d’heures dans son emploi du temps, elle se rendait de plus en plus compte qu’une petite partie de sa joie de vivre la quittait. La maternité la faite se poser encore plus de questions sur ce modèle traditionnel du travail. Elle a alors commencé à chercher une autre façon d’être heureuse professionnellement, sans avoir à renoncer à son bien-être et à son temps aux près de son fils.

C’est ainsi qu’en Août 2016 est né l’Ateliê Pitanga, qui pas par hasard est un lieu de fleurs et d’affections: en entrant chez cette fleuriste nous voyons tout de suite tout l’amour qu’il y a dans tout ce que Carol fait. Là vous ne trouverez pas ces bouquets plus traditionnels, ni même une énorme variété de fleurs. Carol fait question de la qualité de ses produits et par du respect à toute la chaîne de travail: les fleurs viennent de petits producteurs, qui les cultivent selon les saisons de l’année; les achats sont planifiés de forme à garantir qu’il y ait un minimum de gaspillage ; et les livraisons sont toujours faites par elle à vélo. Pour pouvoir maintenir cette structure de business, elle s’est appuyée dans la valorisation du commerce local; elle s’est associée aux commerces du quartier et réalise les livraisons seulement aux alentours, selon l’achat de plans mensuels.

Son espace est aussi partagé avec le Mirai Atelier de Cerâmica, où Aline organise des cours de poterie (nous vous racontons plus à propos de cet atelier ici). Comme dit Carol, ”Nous sommes deux femmes entrepreneuses et ici, dans notre atelier, nous encourageons le coopérativisme, la consommation équitable, les petits producteurs, et toutes les nanas!”

Si vous habitez dans la Vila Clementino, où si vous y êtes de passage, n’oubliez pas de passer connaître cette boutique de fleurs, vous y sortirez surement avec de belles fleurs et le cœur chaud.

Bouquet de fleurs séchées | Photo: Ateliê Pitanga

Allez-y!

Ateliê Pitanga - Flores e Afetos

Du mardi au vedredi, de 10h à 19h30, samedi de 10h à 17h

Facebook | Instagram


Contacts:

(11) 2476-3828 | Whatsapp (11) 97660-6090 | ateliepitangaflores@gmail.com


Comment s'y rendre?

Station de métro Santa Cruz - 10 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il n'y a pas de stationnement réservé aux visiteurs. Vous pouvez toutefois garer votre voiture dans la rue.


Rue Estado de Israel, 225 – Vila Clementino

EARLY BIRD just for dreamers

Pyjama EARLY BIRD Salopette Guanabara |  Photo: EARLY BIRD

Pyjamas et tout ce qui ronde le lit, l'heure du coucher, ou simplement rester à la maison. Voici EARLY BIRD, marque créée par l'artiste Dulce Horta. Paulistana amoureuse de Rio de Janeiro et New York, où elle a vécu de nombreuses années, les chemises de nuit, t-shirts larges, peignoirs et pyjamas de la marque imprimem le style cool et tendance de ces villes.

Avec des noms accueillants comme Chemise de Nuit Carioquinha, Pyjama New York et Chemise de Nuit Búzios, tout à EARLY BIRD est pur confort. Les tissus sont doux au toucher et tous les modèles - hommes, femmes et enfants - sont confortables, pour paresser à la maison et faire la grasse matinée.

La marque ne possède pas un magasin traditionnel: le moment de l'achat lui même a été conçu pour vous faire sentir à l'aise! Vous pouvez contacter par téléphone, instagram ou par facebook, informer vos préférences et tailles, et une valise pleine d'options de pyjamas EARLY BIRD est envoyée chez vous, permettant choisir tout calmement. On ne peut pas faire mieux! 

Ah! Les tailles de la marque sont grandes (ouf, assez que G qui correspond à M et de M qui correspond à P), donc si vous demandez une valise EARLY BIRD, il vaut mieux demander plus d'une taille pour décider ce qui est plus confortable pour vous.

Au-delà des vêtements, la marque propose également le thé Nuit, idéal pour faire une bonne sieste et le savon parfumé de noix de coco et lavande pour laver les sous-vêtements.

Je parie que vous voulez déjà faire une sieste rien que d´y connaître EARLY BIRD!

Pyjama EARLY BIRD, Chemise de Nuit Carioquinha |  Photo: EARLY BIRD

Allez-y!

EARLY BIRD just for dreamer

Commande par téléphone, instagram ou facebook:

Tel.: (11) 2129-8228 | Facebook | Instagram

Bang Bang

Luminaire Cubo R$280,00 | Collier Dry R$160,00  |  Photo: Bang Bang

Après un voyage à Barcelone, où ils furent enchantés par un petit magasin local, le couple Débora et Daniel perçut qu’il était temps de changer, d’innover. L’atelier monté dans l’appartement n’était déjà plus suffisant, ils voulaient davantage: un espace pour créer, exposer et vendre des produits respirant l’art et le design.

Et c’est ainsi que fin 2016, dans l’une des rues les plus fréquentées du quartier de Pinheiros, est née la Bang Bang. Dans une petite maison charmante, ils installèrent finalement leur boutique, qui est également un studio, un atelier, une galerie, un espace pour recevoir les amis et tous ceux qui voudront y venir. Comme ils le décrivent tellement bien, “ la Bang Bang est pour nous un espace sans limites! Un lieu où nous sommes libres de faire tout ce que nous aimons. ”.

C’est là qu’elle produit et vend ses accessoires incroyables et lui, ses luminaires super modernes. Mais la boutique accueille aussi d’autres marques, ils y vendent tout ce qu’ils adoreraient avoir chez eux. Les designers et les artistes invités varient au long du temps, ce qui garantit à la Bang Bang son essence créative et transformatrice, mais toujours en suivant le même concept: tout est fait à la main et produit au Brésil de manière durable.

Et ce ne sont pas seulement les artistes invités qui sont accueillis dans cet espace, en passant en face de la boutique, avec sa vitrine attrayante, ses bancs et ses plantes à l’entrée qui rappellent le jardin d’une maison, nous avons senti réellement une volonté énorme de découvrir ce qui se passe dans cette maisonnette. Et plus encore, si tout cela ne suffisait pas,  l’espace réunit fréquemment des amis et des passants pour bavarder au son d’une bonne musique et d’excellents drinks ! Voulez-vous une maison plus accueillante que celle-là?

Un espace multidisciplinaire de découvertes, d’inspiration et par-dessus tout, de rencontres. C’est ainsi à la Bang Bang.

Luminaire Girassol R$ 680,00  |  Photo: Bang Bang

Allez-y!

Bang Bang

Du mardi au vendredi, de 13h a 19h, samedi de 14h a 22h

ola@studiobangbang.com.brFacebook | Instagram | Site


Comment s'y rendre?

Station de métro Sumaré ou Clínicas - 15 minutes à pied

Si vous allez en voiture, Il n'y a pas de stationnement réservé aux visiteurs, mais il y a de parking à proximité.


Rue Artur de Azevedo 493, Pinheiros